Vaut-il mieux choisir d’enseigner le français ou l’anglais au Japon ?

teachermeme

En voilà une question intéressante…

 

Etrangement, c’est une question que ceux qui veulent enseigner au Japon ne se posent pas. Ils devraient pourtant. Et je pense d’ailleurs qu’ils devraient sérieusement se la poser s’ils veulent justement avoir une chance d’enseigner au Japon sur le long terme.

 

+ La dure réalité de la situation de l’enseignement du français au Japon +

 

Sans vouloir tuer dans l’oeuf tous les espoirs d’une personne intéressée par l’enseignement du français au Japon, il faut quand même reconnaitre qu’il y n’y a quasiment pas d’établissements qui proposent l’enseignement du français à leurs élèves. De plus, pour enseigner au lycée, il faut de toute façon une licence d’enseignement japonaise. A moins de rester ALT toute sa vie, ce qui peut se réveler très frustrant, mal payé et relativement instable. Concernant les facs, certaines proposent une section française à leurs étudiants mais l’enseignement du français n’étant pas jugé comme indispensable à l’obtention d’un bon job, ces sections ne connaissent pas autant d’engouement que les sections anglais. Qui plus est, il existe un nombre impressionnant de détenteurs de licence ou master FLE qui espèrent tous pouvoir obtenir un job d’enseignant du français au Japon. La concurrence y est particulièrement rude et la majorité des postes se voient pourvus par cooptation. Il va vous falloir connaître des gens bien placés pour espérer obtenir un poste ! Quant à obtenir un poste à temps complet qui permet d’obtenir un visa de travail pour pourvoir rester au Japon, là aussi il va falloir être chanceux : s’il est possible de trouver quelques heures d’enseignement du français ici et là dans différents établissements, il est beaucoup plus difficile d’espérer obtenir un travail à temps complet, qui plus est par une organisation ou une entreprise qui acceptera de faire les efforts de s’occuper de vous obtenir votre visa à l’immigration.

 

+ Savoir ce que l’on veut +

 

Que voulez-vous vraiment ? Je pense que c’est la principale raison à vous poser. Avez-vous une véritable passion pour la langue française, passion que vous souhaitez transmettre par dessus tout ou bien est-ce que vous souhaitez enseigner le français au Japon car vous souhaitez vivre au Japon et pas ailleurs ? Si vous êtes dans le premier cas, vous devrez peut-être renoncer au Japon pour vous diriger vers d’autres pays plus portés sur l’enseignement du français que le Japon ne l’est. Ou vous pouvez vous entêter et perséverer et éventuellement réussir à vous trouver une place stable. Je pense que ce sera un chemin semé d’embuches mais si c’est vraiment ce que vous souhaitez faire, alors tentez votre chance (100% des gagnants ont tenté leur chance comme on dit). Si vous êtes dans le deuxième cas (vouloir vivre au Japon et y exercer le métier d’enseignant), dans ce cas je vous conseillerais l’enseignement de l’anglais. Il existe aussi une féroce compétition pour l’enseignement de cette langue mais les opportunités d’obtention de poste sont beaucoup plus importantes que pour le français. Vous serez toutefois en compétition avec des anglophones de naissance, et ceux-ci seront souvent choisis avant vous pour un poste (aura de native speaker oblige), sauf si vous arrivez à vous faire des connaissances influentes dans le milieu qui pourront appuyer votre candidature pour un poste au sein de leur université (au Japon on dit “kane to kone” : “l’argent et les relations”).

 

+ Mon conseil : choisir l’enseignement de l’anglais au niveau lycée +

 

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit encore de ce qu’on appelle un “marché de niche”. Peu de native speakers sont au courant qu’il y a possiblité d’obtenir une licence d’enseignement japonaise et lorsqu’ils sont au fait de cette possiblité, ils ne saisissent que rarement cette chance, tout simplement parce qu’ils ne parlent pas japonais et ne pensent pas pouvoir être capable d’atteindre le niveau nécessaire à l’obtention de cette licence. Par conséquent, il n’y a à l’heure actuelle ABSOLUMENT AUCUNE COMPETITION au sein de cette niche. Or, beaucoup d’établissements japonais sont prêts à saisir l’opportunité d’engager un enseignant étranger à temps plein, qualifié pour être en charge de ses propres classes. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’avoir un étranger au sein du staff donne une aura internationale à l’établissement, et ça, c’est très bon pour l’image du dit-établissement. Et avoir une image d’établissement porté sur l’international, c’est bon pour attirer les clients les élèves. Qui dit élèves, dit argent qui rentre, qui dit argent qui rentre, dit meilleurs salaires pour les enseignants, investissements dans de nouvelles installations, etc. Et dans le japon contemporain touché par un phénomène important de dénatalité, je peux vous assurer que la compétition entre établissements scolaires fait rage. Il en va de leur survie. De plus, le fait que vous puissiez enseigner deux langues (le français et l’anglais) va jouer en votre faveur lors du recrutement : pas mal d’enseignants du privé ont plusieurs licences d’enseignement et il n’est pas rare qu’on leur demande d’enseigner 2 ou 3 matières différentes (et pas des matières proches ! ) au sein de leur établissement, en fonction des besoins.

 

Néanmoins, je vous déconseillerai d’enseigner au niveau secondaire (collège, lycée) si vous n’avez pas l’âme d’un éducateur spécialisé. Comme je l’ai écrit dans de plusieurs articles, le métier d’enseignant au Japon est extrêmement divers, et est beaucoup plus porté sur l’éducation des élèves que leur instruction à proprement parler. Vous ne pouvez pas envisager de devenir enseignant au Japon simplement parce que vous aimez votre matière. Vous ne tiendrez pas, tout simplement. Renseignez-vous sur le métier d’éducateur spécialisé et vous comprendrez ce que je veux dire…

 

 

Des commentaires ? Des questions ?

 

 

11 comments

  1. Hello!
    Je laisse tomber le masque du lurker pour te poser une question sur cet article qui tombe à pic…
    Je te suis depuis quelques semaines, et j’en profite du coup pour te dire que j’admire énormément ton parcours. T’en as bavé un chti peu…
    J’ai le projet d’aller au Japon en visa vacances-travail. Je vais ptet tenté le JET en 2017, mais j’y crois pas trop, et ton article sur comment tu es devenue ALT a renforcé cette conviction. Donc le PVT me semble plus attaignable (et puis j’ai bientôt l’âge limite, donc voilà, voilà).
    Je me suis rapidement posé la question au coeur de ton article, et la conclusion m’est tombée dessus en 0.899999 secondes : English it is.
    Personnellement, je ne me vois pas enseigner dans un collège ou lycée, parce que je suis dans le 2e cas dont tu as parlé. Je ne rêve pas de faire carrière au Japon, je veux profiter de cette période pour découvrir la culture dans le pays même, et je me contenterai donc fort bien d’un établissement type “lessons for kids” etc.
    Je pense passer une qualification type CELTA pour avoir un atout face aux vrais native speakers, et j’essaie aussi de bosser mon japonais (niveau faux-débutant / intermédiaire).
    J’imagine que la compétition est encore plus féroce dans les grandes villes, donc j’envisage même d’aller du côté de villes moins connues…
    Je voulais savoir si tu avais pu rencontrer ou entendre parler de Français qui ont réussi à se faire embaucher dans ce type de structures ?

    1. Merci pour ton com! ^^

      J’ai entendu parler de plusieurs personnes non native qui ont pu se faire embaucher comme ça dans un eikaiwa, mais pas de Français. Je pense que ça existe, pas de souci (je connais une Allemande qui a pu se faire engager). Fais attention : l’immigration pourrait te refuser le visa si tu enseignes l’anglais MAIS si ton patron insiste, tu peux l’avoir car c Specialist in Humanities pour bosser en eikaiwa et pas Instructor (pour bosser en établissements scolaires). Pour te donner plus de chances, tu devrais chercher un peu dans tout le Japon et pas seulement les grandes villes, oui. Bcp de native ont un CELTA, mais au moins ça prouve que tu es sérieux(se ?) car tu as suivi une formation, donc ça va jouer en ta faveur.

      Si c juste pr découvrir le Japon, postuler en eikaiwa n’est pas une mauvaise idée. Le salaire a tendance à baisser de plus en plus depuis plrs années, mais si tu es célibataire et dans une ville moyenne, c gérable sans aucun souci. Si tu veux rester entre 1 et 3 ans au Japon, c’est une option tout à fait envisageable niveau qualité de vie.

      1. Merci pour ton retour !
        Pour le visa, j’ai justement choisi le Working Holiday pour ne pas avoir le souci avec les services d’immigration…
        Et oui, j’ai aussi l’intention de chercher du côté d’autres coins que Tokyo (surtout que j’avais pas trop accroché avec la capitale les deux fois où j’ai visité le pays)
        Juste au passage, j’adore ton avatar 😀 (c’est un de mes memes préférés :P)

      2. De rien ! Si t’as d’autres questions, tu sais où me trouver. ^^

        “Juste au passage, j’adore ton avatar ? (c’est un de mes memes préférés :P)” Yeah, me too. :p

  2. Bonjour !
    Je pense postuler au Jet programme l’année prochaine, et je me posais justement cette question. Je suis française, et j’ai une licence d’anglais et 2 ans d’expérience d’assistante de langue en Angleterre. Du coup je me demandais si je pouvais postuler pour un poste sur les 2 langues ou s’il valait mieux choisir, et dans ce cas laquelle ?
    N’étant pas une anglophone native je me demande si je ne suis pas grillée d’avance…

    En tout cas super blog ! Tu apportes beaucoup de réponses à mes questions, merci !!! 😀

    1. Salut! merci pour ton com ! ^^

      Non, pour JET, pas de souci tu postuleras pour un poste à partir de la France donc en compet avec des Français. Ca sera un plus de pouvoir enseigner les 2 langues vu que même pour un poste de JET FR, ce sera souvent de l’anglais qu’il faudra enseigner. Il y a un quota par pays avec le JET, mais si tu peux aussi enseigner l’anglais ça sera plus facile pour eux de t’utiliser donc tu auras un avantage pour ta candidature.

      Je ne connais pas exactement le process de recrutement pour le JET donc il faut te renseigner sur des forums fr auprès de gens qui sont passés par le JET pour des choses comme le déroulement de l’interview de recrut, le genre de questions posées etc.

      Bonne chance pour la suite !

  3. salut j aimerai savoir es qu’entant qu’étranger on est obliger d’enseigner les langues ou c’est aussi possible pour les matière comme les math, la physique etc… ?

    1. C’est possible mais il faut te demander pourquoi ils voudraient te recruter à la place d’un japonais? Lis bien les commentaires des différents articles car on a déjà traité la question.

  4. Bonjour, je viens de tomber sur ton blog et il est vraiment très intéressant! Je me lance dans une licence de japonais en septembre, mais mis à part ça, je suis totalement perdue quant à mon avenir. Je pensais me tourner vers le professorat mais ça m’a l’air d’être le parcours du combattant… En fait, je ne sais pas vraiment comment me tourner vers le professorat sans passer par le FLE mais d’après ce que tu en dis, ça n’a pas l’air très utile comme choix?

    Bref, du coup je voulais demander ce que c’était le JET. Il est possible que tu l’aie déjà défini quelque part mais je ne suis pas encore tombée dessus…

    Merci beaucoup par avance de ta réponse, et merci pour ce blog très riche et bien utile quand on ne connaît encore pas grand chose sur la culture scolaire du Japon!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s