L’heure du bilan

bilanNous sommes en mars, l’hiver a été doux dans la préfecture d’Iwate avec quasi pas de neige cette année et le temps est venu de faire un bilan.

 

Ca m’a pris 5 ans pour obtenir ce que je voulais : devenir enseignante au Japon. J’avais trouvé un poste de joukin (employé régulier), ça vous le saviez, et fin février le dernier obstacle s’est enfin levé : j’ai obtenu le fameux visa “Instructor” qui me permet d’enseigner au Japon dans le secondaire. Un visa pour une période de 5 ans en plus. Et si j’arrive à ne pas me faire virer pour incompétence notoire concernant le travail administratif (ahahah), j’ai normalement un emploi à vie.

 

Bien entendu, j’ai l’intention de continuer ce blog le plus régulièrement possible (j’ai d’ailleurs plusieurs articles en préparation). Il y a eu un grand silence radio les derniers mois à cause de mon mémoire que je devais finir. Si vous suivez mon twitter, vous savez que j’ai d’ailleurs fait un léger burnout (extrême fatigue, tremblements, nausées etc.) donc il a fallu que je lève le pied en arrêtant de travailler le samedi. J’ai continué mon travail au collège jusqu’à fin février et ça a été vraiment très agréable de recevoir un petit mot de la part de chaque élève pour mon départ.

 

J’ai dû déménager pour mon nouveau travail. Je reste dans la même préfecture mais cette fois-ci je vais vivre dans une petite ville (comprendre : un peu beaucoup la campagne quand même). J’ai trouvé un 2LDK (54 m2, pièce principale/cuisine + 2 chambres + parking) de construction récente pour 5,5 man (440 euros en mars 2016) donc ça me change de mon 1K (cuisine + pièce principale) de 26 m2. Il va falloir que je m’achète une voiture (d’occasion) pour me déplacer, mais à part ça je suis plutôt satisfaite du changement.

 

Le déménagement s’est passé sans aucun anicroche, à part un joint manquant dans la nouvelle salle de bains pour la machine à laver (ce qui ne m’empêche pas de faire la lessive, en faisant attention le temps que ça soit réparé). C’était mon premier déménagement au Japon et j’ai pris l’entreprise The 0123 pour s’occuper de tout (sauf de la mise en carton, j’aime pas quand des inconnus touchent mes affaires) et j’en ai eu pour 7 man (562 euros en mars 2016) tout compris. Rapides et service impeccable, no comment.

 

Maintenant, je suis en vacances (bien méritées) en France et je vais en profiter avant de rentrer au Japon pour continuer mes vacances préparer mes cours pour la rentrée (mais pour ça, il faut que je sache le niveau que je vais avoir). J’apprécie de ne rien avoir à faire, vous pouvez pas imaginer à quel point…

 

4 comments

  1. Félicitation! Tu l’as bien méritée ce repos ! Profite s’en avant que tout reprenne à une vitesse folle !
    J’ai bien hâte de lire tes prochains articles. La campagne, c’est définitivement pas la ville et je suis curieuse de voir comment ton expérience va se passer.
    Bon courage pour la suite =D

  2. En un mot : Félicitations. Ton souhait est devenu réalité. Comme quoi le travail paie.

    Je relève juste cette parenthèse « comprendre : un peu beaucoup la campagne quand même » qui m’a bien amusé. Ici, la campagne, c’est la campagne pour de vraie. Quelqu’un qui n’a vu que des grandes villes au Japon où qui toujours vécu dans des villes de plus de 1000 habitants en France ne peut pas même imaginer que ce que veut dire « campagne » dans ce contexte.

    En cas, je te souhaite de bien t’éclater dans ton « nouveau » métier.

    1. Merci ^^
      Non, non, techniquement, c’est une ville. Mais comme y’a des champs de partout, j’appelle ça la campagne.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s