Stage en école maternelle

kindergarten

Note : Posté le 4 janvier 2013

Le stage est fini. Deux semaines dans une école maternelle japonaise (enfants de 3 à 5 ans, sachant que la rentrée se fait en avril).

La première chose que j’aurais à dire, c’est : ça n’a rien à voir avec la France ! (je m’en doutais mais à ce point là…)

Disons que je pourrais résumer ça en :
– On a l’impression que les enfants n’apprennent rien (alors que c’est tout le contraire)
– Il y a des tas de choses qui leur sont permises et qui sont interdites/évitées en France

Je dois encore rédiger mon rapport de stage, donc je n’ai pas encore les idées très claires, mais :
– Les enfants passent la grande majorité du temps à jouer librement
– Ils ont le droit de jouer à la corde à sauter et au foot en classe
– Ils adorent fabriquer des armes factices et passer leur temps à jouer à s’entre-tuer/se bagarrer (et ils portent les coups), les filles comme les garçons, et c’est autorisé sans problème par les enseignantes
– Les trois niveaux de l’école sont mélangés la majeure partie du temps
– Ils organisent beaucoup de sorties (luge, découverte etc…)
– Les tables et les chaises ne sont sorties que pour le repas (et quelques fois pour certaines activités, mais la plupart se fait par terre, même le dessin ou le découpage)
– Les profs n’ont pas de pause à midi puisqu’ils mangent avec les élèves
– Les profs font le ménage des classes et des parties communes l’après-midi
– Aucun savoir académique enseigné de façon systématique (aucune fiche, aucune « leçon » etc…et bien sûr pas d’examen ou d’évaluation des compétences etc…)
– Les élèves ont des diminutifs/surnoms utilisés par les enseignantes
– Les enseignantes ne sont pas tout le temps en classe et donc les gamins sont laissés sans surveillance
– Les enseignantes jouent avec les enfants, que ce soient à la pâte à modeler, au foot ou à la bagarre, dessiner, se déguiser… au gré des invitations à participer des enfants, ou bien elles demandent à participer au jeu en cours.

Pour aller un peu plus loin, aucun savoir académique n’est enseigné de façon systématique, mais ils apprennent peu à peu les syllabaires grâce à des jeux de cartes (karuta par exemple, le fameux jeu de cartes de l’anime Chihayafuru, mais en version simplifiée). Pour l’écriture, ils apprennent peu à peu en écrivant sur leurs dessins le nom des objets ou personnes qu’ils ont dessinés, apprendre à compter se fait avec un jeu de memory où il faut retrouver les paires de cartes avec des chiffres/nombres par exemple… Lorsqu’il y a apprentissage, période d’activité initiée par l’enseignante, c’est TOUJOURS sous forme de jeu.

Un des points importants de ces activités initiées par l’enseignante (origami, découpage, dessin…) est apprendre à l’enfant à mener son travail de façon correcte, c’est-à-dire : aller jusqu’au bout de la tâche, être précis, s’appliquer pour produire un bon résultat même si cela prend du temps, être soigneux, faire un travail propre, nettoyer et ranger la classe tous ensemble après, même ce qu’on a pas sali soi même, même si les bouts de papier à terre ne sont pas les siens…

Le vivre ensemble et la relation à l’autre sont des points extrêmement importants. La politesse aussi. Lorsqu’on veut participer à un jeu avec ses camarades, on doit demander « Je peux participer ? », attendre leur réponse etc… Apprendre à partager lorsqu’on joue, apprendre à perdre, apprendre à s’excuser, comprendre que l’autre n’a peut-être pas les mêmes envies, apprendre à ménager les sentiments de l’autre… Lorsque ces points posent problème, les règles sont rappelées par l’enseignante lors du regroupement en fin de matinée.

Stage particulièrement intéressant, je suis ravie.

2 comments

  1. C’est effectivement très différent de ce qu’on peut connaître en France, mais je suppose que ça explique en partie ce respect dont font preuve les Japonais.
    J’en parlais justement avec des proches récemment, comment les Japonais font ils pour être aussi respectueux alors que ce sont de véritables enfants gâtés avec leurs parents, et j’en étais venu à la conclusion que ce devait être l’éducation à l’école qui y était pour quelque chose.
    Maintenant je sais ce qu’apporte la maternelle ^^.

    Et en passant, ton capital sympathie augmente à mes yeux pour la référence à Chihayafuru ! (je suis moi-même joueur de Karuta). Woohoo.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s