Un portrait de l’école au Japon

bukatsu (2)

L’école est obligatoire à partir de la première année d’élémentaire, l’école élémentaire comprenant une année de plus au détriment d’une année de collège, le lycée comprenant trois années, comme en France. L’université au niveau premier cycle dure quatre années. L’école obligatoire s’arrête à la fin du collège. Contrairement à la France, l’année scolaire commence en avril.

Il existe des écoles nationales (kokuritsugakkou, 国立学校), préfectorales (kenritsugakkou, 県立学校), toutes publiques. En plus de ces écoles publiques, il existe des écoles privées (shiritsugakkou, 私立学校), dont les curriculae doivent pourtant suivre les programmes officiels.

Pour enseigner dans une école publique ou privée, il est nécessaire de posséder une « licence d’enseignement » (certificat de capacité) appelée kyouinmenkyo (教員免許). Il y a plusieurs types de licences dont une pour enseigner en école maternelle (youchien, 幼稚園) et une pour enseigner en école élémentaire (shougakkou, 小学校). Ces deux types de licence s’obtiennent en suivant un cursus universitaire de deux ou quatre années en Sciences de l’Education (pedagogy, kyouikugaku, 教育学), conduisant à des licences de niveau 2 ou 1, la différence reposant sur le salaire, moins élevé avec une licence de niveau 2. Concernant les licences spécialisées (en mathématiques, anglais, sciences sociales…), elles concernent les enseignants de collège et de lycée. Ces licences s’obtiennent en suivant des parcours propres à chaque université, soit au cours du cursus de Sciences de l’Education, soit au cours d’un cursus académique de la discipline concernée, en quatre années.

Le recrutement des enseignants (appelé kyouinsaiyoushiken, 教員採用試験) n’est pas national, il est préfectoral, chaque préfecture ayant ses propres dates de recrutement, ses propres exigences supplémentaires concernant les compétences des enseignants qu’elle souhaite recruter. Certaines préfectures demandent ainsi une certification supplémentaire en anglais pour les futurs professeurs d’anglais par exemple. Le recrutement est effectué par le Conseil d’Education (board of education, kyouikuiinkai, 教育委員会), chaque Conseil d’Education ayant sa propre politique de recrutement, ses propres attentes.

Le concours de recrutement a une forme qui peut varier selon les préfectures, mais se fait généralement en plusieurs étapes. La première étape est un examen écrit, l’accent étant mis sur les connaissances pédagogiques et didactiques plutôt qu’académiques. Le concours de recrutement pour devenir professeur d’anglais au lycée n’a ainsi rien à voir avec le niveau requis pour passer le CAPES d’anglais en France. Le deuxième examen se compose de plusieurs entretiens oraux, individuels avec les membres du Conseil d’Education comme interlocuteurs, ou en groupe avec d’autres candidats, pas forcément de la même matière, les membres du Conseil d’Education étant là en simples observateurs. Le but est de tester la personnalité du candidat, ses motivations, sa capacité à participer à un débat pédagogique avec de futurs collègues, sa façon de se comporter en groupe et ses compétences relationnelles (ne pas s’imposer lors d’une discussion tout en étant capable de défendre son point de vue, avoir l’esprit d’équipe, être capable d’animer un débat au sein d’un groupe tout en veillant aux bonnes relations au sein de ce groupe pendant le débat…). Enfin, une mise en situation de séance peut être demandée, les membres du Conseil d’Education jouant le rôle d’élèves. Ici, l’attention est portée sur l’aisance du candidat à l’oral, son attitude en tant que futur enseignant. Il n’est absolument pas demandé de faire un cours parfait, digne d’un enseignant expérimenté.

Concernant les écoles privées, le recrutement est propre à chaque établissement, bien qu’il arrive que des établissements se regroupent, généralement au sein d’une même préfecture, pour organiser un concours de recrutement commun.

Advertisements

2 thoughts on “Un portrait de l’école au Japon

  1. Salut, je viens juste de découvrir ton site par le biais de Nautiljon (et de ton post surtout, à propos des avertissements pour les échanges) et j’avoue être assez contente du contenu que j’ai pu y trouver. J’aime beaucoup ta façon d’écrire et on ne voit même pas le temps passer que l’on est déjà à la fin de l’article ! Ça me donnerait presque envie de me renseigner encore plus sur ce genre de travail/formation, héhé..

    En tout cas bonne chance pour la suite, hâte de voir un nouveau post à lire !

    • Merci pour ton commentaire !

      J’essaie d’écrire de façon pas trop académique, même si des fois je fais des exceptions (faut être sérieux, des fois, lol). Merci pour tes encouragements, ça donne du peps en début de journée (pour moi. XD)!

      N’hésite pas à faire des critiques si tu vois des choses à améliorer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s